0

Quand t’as besoin d’amour

quand t’as besoin d’amour, on te le donne pas
quant tu dois aimer, t’est pas aimé
quand t’es seul, tu peux pas t’échapper à la solitude
quand t’es malheureux ça vaut pas la peine de le dire

quand tu veux serrer quelqu’un dans tes bras y’a personne
quand tu veux téléphoner, ils sont tous partis
quand t’es au fond du gouffre qui s’intéresse à toi
qui tient à ça, qui s’intéresse vraiement ?

sois à mes côtés, pense à moi
sois tendre avec moi, me troubles pas, me rends pas jaloux
me quitte pas, car je supporterais plus encore une rupture
sois avec moi, sois pour moi.

comprends-moi, aimes-moi, j’ai pas besoin de partouzes ni de causeries
sois mon amour définitif.
oublions les règles du jeu, oublions le sexe comme une jungle,
soyons unis, atteignons l’équilibre

mais j’espère rien. pas d’amour
quand t’en as besoin
quant tu dois aimer, t’est pas aimé
quand t’es au fond du trou, aucune femme te connaît.

(D’après Mircea Cărtărescu – Când ai nevoie de dragoste- http://www.romanianvoice.com/poezii/poezii/candai.php)

Reclame
0

Une hirondelle

Une hirondelle au centre commercial (La fauche) 6

 

Pour qui vit-on, pour qui meurt-on

pour le bonheur du caddie rempli

pour qui boit-on, pour qui garde-t-on le silence

on nous voilà ici pour qui

comme des mouches prêtes

à être aplaties

pour qui?

Pour toi, hirondelle volante

 

À qui la pluie, à qui le vent

pour qui un autre tremblement

pour qui passent les nuages, pour qui tombent les flocons

à quoi toutes les conflagrations?

Pour un oiseau

si petit et malheureux

 

On pourrait rassembler toute notre vie dans un caddie

la mort par dessus légèrement endormies

jusqu’à la caisse

soit on paye

soit la fauche nous encaisse

 

tout aussi belle et vertueuse

 

source: http://mircea-tuglea.blogspot.ro/2014/12/o-randunica-in-mall-coasa-6.html

0

Lucian Blaga (1895-1961) – Souvenir

Où est-tu aujourd’hui, je ne sais pas.
Les vautours passaient à travers Dieu au dessus de nous.
Je glisse dans le souvenir, cela fait si longtemps.
Sur les cimes anciennes où le soleil émerge de la terre,
tes regards étaient bleus et extrêmement hauts.
Un murmure légendaire s’élevait entre les sapins.
Le saint lac de montagne était un œil éveillé.
En moi on parle encore aujourd’hui de toi.
Des eaux mortes ruissellent de mes cils.
Je devrais faucher l’herbe,
je devrais faucher l’herbe là où tu es passée.
La fauche de la négation sur mon épaule,
dans mon dernier malheur je m’enflamme.

0

Cella Serghi – Mirona

Sur la première page d’un cahier de 1938 je trouve, très brièvement décrit, le réveillon du jour de l’an.
Le piquenique était organisé dans l’atelier de Marta, dans la mansarde de la maison Dolin. Un panneau représentait Târgul de fete de pe muntele Găina. Un autre : Căluşei la târgul Moşilor . Les grands succès de la soirée furent les sărmăluţe de Marta et une mămăliga renversée – comme à la campagne – sur une table ronde et basse. Je n’ai réussi à préparer que des œufs à la poêle à la roumaine. Gian, italien par sa mère, a apporté des macaronis dans une cocotte prétendant pouvoir les préparer de trente façons différentes. C’était un piquenique international et les costumes auraient du suggérer le lieu d’origine de chacun. Les places autour de la table avaient été tirées au sort et je supposais que Violine s’était arrangé pour avoir Gian à coté d’elle. Minuit approchait et je m’ennuyais à coté d’un joli turban de maharadjah quand Gian, les yeux au plafond, cria :
-Tremblement de terre !
En un instant le maharadjah disparut et Gian se trouva à coté de moi. Violine, qui avait compris la farce, jeta son bonnet phrygien en voulant frapper Gian, mais tomba sur le gâteau à la chantilly qu’un jeune américain costumé en Charlot venait juste d’apporter. Ainsi commença la nouvelle année et l’histoire d’amour entre moi et Gian.

(Cella Serghi, Mirona, édition Minerva, Bucarest, 1975)

Notes:
Târgul de fete de pe muntele Găina: La foire aux jeunes filles du mont Găina. Il s’agit d’une représentation d’une foire où, selon la tradition, sur le plateau du mont Găina (poule en français) les jeunes filles venaient accompagnées par leurs parents afin de trouver leurs futurs conjoints.
Căluşei la târgul Moşilor : Manège à la foire des Moşi. Une autre représentation d’une foire traditionnelle bucarestoise qui avait lieu chaque année, 50 jours après Pâques. Si dans la tradition chrétienne la date correspond à la Descente du Saint Esprit, dans la tradition païenne roumaine elle représente la Fête des Morts (moşi signifie ancêtres en roumain)
Sărmăluţe: Plat traditionnel roumain se composant de petites boulettes de viande mélangées au riz qu’on fait bouillir dans des feuilles de vigne ou de choux mariné.
Mămăliga : Garniture traditionnelle roumaine composée à base de semoule de blé et servie en accompagnement pour divers plats.